Kafka et la Mousse (e)au chocolat…

Un matin, au sortir d’un rêve agité, Grégoire Samsa s’éveilla transformé dans son lit en une véritable vermine.»

C’est la première phrase de la nouvelle «La métamorphose» de Franz Kafka, un écrivain allemand pour tous ceux qui ne le connaissent pas – et un excellent résumé du livre. Je trouve qu’il y a beaucoup des parallèles entre Kafka et moi. Par exemple, il n’a jamais reçu un prix Nobel non plus.

Dans mes mémoires à moi, la première phase sera : «Un matin, au sortir d’un rêve agité, Evil Lynn s’éveilla transformé dans son lit en une véritable folle.»

Je prétende qu’il y a beaucoup de vérité dans ce que je dis ou plutôt écris. Même si Kafka était un écrivain allemand majeur du dernier siècle et moi je viens de commencer mon petit blog cette année.

En ce moment je me trouve toujours dans une psychiatrie, mais dans une autre que celle de laquelle je parle dans cette histoire. Elle est gérée d’une façon très pro et je m’y sens bien. C’est important de vous le dire, je suis très heureuse que ce que j’avais vécu auparavant semble être une grande exception.

Ici je vous raconterais (au présent) comme je me sentais la première fois que je suis entrée dans une psychiatrie qui n’était malheureusement pas «bonne» pour moi. Peut-être elle est bonne pour d’autres personnes, mais moi avec les problèmes que j’ai, ce n’était pas le bon choix. Alors, suivez-moi dans ma tête, je vous raconte la petite histoire de comment j’ai réussi à faire une mousse eau chocolat dans la station fermée d’une psychiatrie.

 

Excentrique ou malade?

Hier j’étais encore maître de mon destin et considérée peut-être comme quelqu’un qui est un peu excentrique mais aujourd’hui je me suis réveillée dans une psychiatrie et je me rende compte que tout ce que dis ou fais est interprété comme si j’étais complètement tarée.

Je ne dis pas que je n’appartiens pas dans une psychiatrie. Bien au contraire. En fait je voulais venir ici (d’accord, c’est peut-être la première indice que je suis effectivement folle puisque qui a véritablement envie d’aller dans une psychiatrie en tant que patient? Le désir d’y aller montre probablement déjà qu’il y a un problème là quelque part…) afin de travailler sur moi-même, apprendre à mieux gérer mes problèmes et finalement m’en sortir mieux avec la vie. L’ironie est que depuis je suis là j’ai l’impression d’être plutôt bien dans ma tête mais que ce sont plutôt les autres qui sont complètement dingues.

Il y a un nom pour ce que je ressens: manie ou paranoïa. En fait il y a une diagnose pour tout. D’ailleurs il semble que c’est un peu comme la règle # 34 du net: Si ça existe, il y a du porno à ce sujet. Il n’y a pas d’exception. Adapté à ma situation: Si ça existe, il y a une maladie (mentale) à ce sujet. Il n’y a pas d’exception. Si je suis triste et pleure – je suis dépressif. Si je suis heureuse et je veux faire plein des trucs – je suis maniaque. Si je ne fais ni l’un ni l’autre – je suis apathique. Bref: Ce n’est pas très sympathique…

J’ai écrit que «les autres sont complètement dingues» et en effet j’avais peur quand je changeais de la Reha où je me suis bien habituée aux autres patients de venir dans une clinique psychiatrique où je serais entouré par des gens tout à fait fous qui se prennent pour Napoléon ou gueulent toute la journée ou portent des lunettes des toilettes en tant que chapeau sur la tête ou ce genre de chose qu’on voit dans les mauvais films. Heureusement ce n’est pas comme ça ici. J’ai l’impression que les autres patientes (il s’agit d’une clinique réservée exclusivement aux femmes) sont aussi «normales» que moi. Genre on a toutes un ou plusieurs problèmes mais on peut parler à tout le monde, s’échanger et jouer aux cartes.

Alors «les autres» dont j’ai parlé c’est le personnel. Les femmes soignantes / infirmières et les médecins.

Je ne suis que patiente et comment les autres sont traités ne me regarde pas du tout. Néanmoins j’ai du mal à m’empêcher quand je vois certaines choses où j’ai envie de me taper avec la main sur le front (quelqu’un m’a appris qu’en langue des jeunes ça s’appelle «face palm» aujourd’hui). Fort. Plusieurs fois. Par exemple quand j’entend qu’on dit aux patients dépressifs qu’ils devraient «juste essayer un peu plus d’être heureux et de voir les choses positivement». Ta gueule – si la personne était capable de faire ceci, elle ne se trouverait certainement PAS dans une station fermée d’une psychiatrie, n’est-ce pas? Vous voyez facilement: La folle qui se prend pour Napoléon et veut régner sur son petit peuple des loufouques, en fait c’est moi!

 

Je voudrais déjà être roi!

Je porteais souvent un bonnet rouge-blanc style Charlie qu’une infirmière très sympa de la Reha a façonné pour moi exprès. Le personnel de la psychiatrie par contre m’a dit que je devrais l’enlever. Je leur ai dit que s’ils m’enlèvent ce bonnet, je vais porter une couronne à la place. (J’en ai une cinquantaine du genre «gateaux des rois» et oui, je vais les utiliser si besoin, je n’ai plus aucun pudeur!) Je peux porter mon bonnet maintenant sauf pour les repas…

Alors pourquoi je me comporte comme un enfant? Parce qu’ils me traitent comme un enfant. Evidemment leur point de vue doit être complètement différent, à voir, l’envers. Celle-là se comporte comme un enfant – alors on va la traiter comme un enfant!

Et nous voilà : Une belle tragédie grecque. Sauf qu’elle ce passe en Suisse Alémanique. (Nous aussi on rigole des fois. Si on a le temps et l’argent pour. Jusqu’au moment ou quelqu’un pleure.) Ou justement un sentiment kafkaesque. Tout ce que j’écris c’est mon ressentiment. Ce n’est pas la vérité absolue. J’imagine si vous demanderiez au personnel, ils vous racontent une autre histoire. Ce que j’ai appris pendant mes étudies en histoire: c’est le gagnant qui écrit l’histoire. Et ce que j’ai appris ici: Si tu ne peux te faire entendre, comprendre ou gagner, tu peux toujours écrire un blog.

Fin ce que je voulais dire au début c’était que je suis dans une psychiatrie en tant que patiente et tout ce que je dis ou fais est interprétée de la façon: «cette femme est malade». Du coup au bout d’un moment je me comportais automatiquement comme si j’étais effectivement malade. Car même quand je faisais très attention et tout je n’arrivais pas à convaincre le personnel de me prendre pour une personne avec une maladie plutôt qu’une maladie avec un peu de personnalité. Comme le résultat était le même de toute façon, pourquoi se donner de la peine et s’embetter pour faire «bonne impression»si déjà on a le tampon de «folle» sur le front?

Les gens qui sont dans les hôpitaux psychiatriques parce qu’ils ont des problèmes, mais des fois on dira qu’ils ont perdu (avec leur raison ou une partie de laquelle) toute leur humanité aux yeux du personnel s’ils ne jouent pas selon leurs règles (des fois tout à fait absurdes). Ce gens sont faibles, puisque des fois ils y sont sans qu’ils veulent y être, contre leur gré, et s’ils essayent de se défendre il y a personne qui leur croit et leur prête l’oreille puisqu’il s’agit seulement des «pauvres cons». C’est tout à fait terrifiant de voir ça. J’avais la chance puisque j’avais ma famille qui était derrière moi pendant tout le procès et mes amis aussi. Mais pas tout le monde ait cette chance. Je dirais même que c’est plutôt rare.

J’ai un problème mentale, c’est pour ça que je sois là, je le reconnais. En même temps je ne suis pas complètement folle non plus. Il y a plein des choses où on peut me faire confiance.

Par exemple: Je sais très bien faire une mousse au chocolat. En fait c’était le premier dessert que je savais faire et que je faisais toute seule. Avec la recette du «Tipftopf», c’est LE livre de cuisine en Suisse Alémanique que tout le monde possède puisqu’on le reçoit à l’école. Presque tout le monde sait faire une mousse au chocolat d’une manière d’une autre, je veux dire les femmes et hommes de ménage autant que les pros.

Partant du Tiptopf jusqu’à Fréderic Bau et Hervé This

Evidemment il y a milles différentes recettes afin de faire une mousse au chocolat. Plus j’entrais dans le monde des «pros» plus je m’éloignais de la recette du «Tiptopf» (puisque dans cette recette on fond par exemple le chocolat avec de l’eau bouillante… Première leçon quand je suis entrée dans une chocolaterie de Mr. Bellrhona personnellement: «L’eau et la farine sont les ennemis jurés du chocolat! On ne les met JAMAIS, JAMAIS, JAMAIS ensemble!!» Du coup j’ai fait le tour des mousses au chocolat. Avec des blancs d’œuf, meringue italienne, meringue suisse, meringue française, sans blancs d’œuf, avec des jaunes d’œuf, avec une pâte à bombe… J’ai lu et relu ce que Fréderic Bau avait écrit dans son livre «Au cœur des Saveurs» au sujet du mousse au chocolat. Néanmoins il y a pas si longtemps j’avais lu qu›Hervé This (à la base un chimiste français, mais qui en plus est très passionnée de la cuisine et ses secrètes au niveau chimique et physique et explique cela dans des livres très intéressants et en plus marrants à lire) avait développé une mousse au chocolat avec deux ingrédients seulement: de l’eau et du chocolat.

Maintenant c’est contre l’intuition de tout chocolatier ou pâtissier qui connait son métier. Puisque comme j’avais déjà dit: La première leçon est toujours: NE JAMAIS METTRE DE L’EAU ET DU CHOCOLAT ENSEMBLE !

Pourquoi? Parce que le chocolat contient beaucoup de graisse de la part du beurre de cacao et l’eau ne se mélange justement pas bien avec la graisse. Pourquoi est-ce que ça marche quand même? Parce que dans la plus grande partie des chocolats qui sont vendus aujourd’hui il y a de lécithine (souvent du soja ou de tournesol) qui figure comme émulsifiant. Ainsi l’eau et le chocolat puissent se mélanger.

J’avais essayé cette recette trois ou quatre fois à la maison déjà et j’étais fasciné par sa facilité – et à chaque fois j’avais peur que ça ne marcherait peut-être pas car c’est quand même un peu comme de la magie. A chaque fois j’utilise le batteur et je suis là en train de penser : Mince… je suis sûre que je me raterais cette-fois ci! Une fois je m’étais effectivement ratée car je voulais voire si vraiment cette histoire de lécithine faisait la différence et j’utilisais un chocolat qui ne contenait que du masse de cacao, beurre de cacao et du sucre. Et effectivement ça n’a pas marché. La science peut être un plaisir – si on comprend le truc – et il y a du chocolat dedans!:-)

 

Viva las Vegans!

Retour à la maison qui rend fou. Il y avait une jeune femme qui était «vegan» et c’était son anniversaire. Du coup je lui ai dit que je connaissais une super recette d’une mousse au chocolat qu’elle pouvait manger sans problème. Je demandais au personnel si c’était possible car la recette était très facile à réaliser, on avait besoin de très peu des ingrédients et aussi peu des outils. Le personnel m’a dit qu’il fallait faire une demande officielle. Je me mettais devant l’ordinateur et en vingt minutes je l’avais fait.

La quantité, les ingrédients, les outils. J’avais même genre deux versions, une version «de luxe» (avec de la couverture exclusive de Bellrhona et un batteur électrique) et une version «station fermée» (genre avec du chocolat Quailler noir du supermarché et à la main).

Il semble que le personnel était étonné que j’arrivais à faire ceci en vingt minutes, même si ça n’aurait pas dû leur sembler tellement bizarre comme, à part d’avoir toujours bien aimé faire les desserts à la maison, j’avais quand même fait l’Ecole Hôtelière et travaillé comme stagiaire dans plusieurs chocolateries-pâtisseries et même à la Petite Université du Chocolat pendant un an. Néanmoins – comme j’étais entrée en psychiatrie station fermée il semblait que j’étais tout d’un coup dépourvue de tout sens, de tout passé, de toute connaissance que j’aurais pu avoir normalement.

Du coup au début ils ne savaient pas trop quoi en faire. J’avais ma demande, elle était formulée par écrit dans un document, même assez solidement «beau» à regarder et le titre était «Veganes Schoggimousse» (mousse au chocolat vegan).

Je l’envoyais à l’adresse e-mail qu’ils me donnaient. Ca leur a pris quatre fois afin de me donner la bonne adresse e-mail déjà. On dirait qu’ils ont fait exprès pour m’en empêcher. J’imagine si je n’avais pas été un peu «maniaque» je n’aurais jamais réussi car j’aurais abandonnée – bien trop frustrée pour ce genre de jeu – bien avant.

Puis ça durait genre deux semaines pour obtenir la permission… puisque il fallait que quelqu’un me surveillait afin d’éviter que je tue quelqu’un (ou plutôt moi-même) avec la spatule ou le fouet ou quelque chose comme ça. Je n’ai pas trop compris les raisons d’excitation du personnel car c’était assez simple comme recette et les possibilités de se faire mal étaient aussi limités que même moi avec beaucoup de fantaisie je n’arrivais pas à imaginer comment me blesser – ou autrui.

L’anniversaire de la jeune femme avait évidemment déjà passé il y a un moment… Néanmoins on voulait toujours faire cette mousse.

Puis il semblait que que le chef de cuisine l’avait interdit puisqu’il ne possedait pas du chocolat noir vegan dans la maison (qui se dit «4 étoile» au niveau de la cuisine). J’avais essayé de convaincre l’infirmière que je suis quasiment sûre qu’il possède du chocolat noir vegan puisque quasiment tout chocolat noir professionnel (qui mérite son nom au moins) est automatiquement vegan.

«Non! A cause du beurre!»

J’essayais de ne pas m’énerver parce que comment pouvait cette femme le savoir? Moi je ne le savais pas avant que j’ai commencé à m’intéresser beaucoup à cette matière… néanmoins je commençais à perdre ma patience…: «Madame… le beurre dans un bon chocolat noir n’est pas du beurre laitier. C’est du beurre de cacao. Et le beurre de cacao est vegan.»

«Mais ce n’est pas écrit sur l’emballage! Et ça coûterais trop cher d’en acheter exprès…»

«Madame! Ce n’est pas écrit sur l’emballage PARCE QUE C’EST LOGIQUE! C’est comme si vous écriviez sur le beurre laitier qu’il contient du lait.» (En fait je crois ça doit se faire maintenant, gare aux allergies et tout… ce disant, c’est moi ou le monde qui est fou?)

Bon bref… c’est difficile parce que des fois vous savez des choses mais il y a personne qui vous croit parce que vous êtes officiellement folle! Ca rende effectivement dingue!

Ca durait encore une semaine de plus et une fois la femme qui était vegan entendait à quel point le chef de cuisine et une des infirmières rigolaient de nous sur le balcon puisqu’on était vraiment «complètement folle» parce que ça ne pouvait «jamais marcher»!

Là, ce n’est pas bon! Là je me fâche! Parce que ça intriguait beaucoup cette jeune femme et je n’ai pas supporté leur rigolade sur quelqu’un qui se trouve dans une position plus faible. J’ai toujours eu un sens très aigué de ce qui est «juste» et ce qui n’est justement «injuste»!

Maintenant il ne s’agissait plus de faire juste une mousse au chocolat, maintenant il s’agissait d’une guerre de volonté et de force! Evidemment ils étaient plus forts dans leur position (collaborateurs de la clinique vis-à-vis des patientes mentalement handicappées de la clinique), mais moi je n’avais rien d’autre à faire toute la journée que de vouloir faire une mousse au chocolat. Il ne faut jamais énerver une folle qui n’a rien d’autre à faire que suivre son plan ET en même temps vous embetter…

Alors je luttais pour «ma mousse au chocolat» comme Obelix luttait contre César (J’aimerais bien dire que je suis malin et Asterix… Néanmoins ce n’est pas que je suis gros! C’est juste tout le métal dans mon corps…. Et je suis tombée dans la marmite quand j’étais petite!). J’ai dit que je voulais bien parler avec le Chef de Cuisine afin de lui expliquer pourquoi ça marcherait quand même. (Comme dit plus en haut, c’est logique que la première réaction est de ne pas le croire. Puisque c’est contre tout logique en cuisine qu’on a appris auparavant. Néanmoins je trouve un «bon» Chef de Cuisine ou cuisinier tout simple sera émerveillé d’apprendre quelque chose nouveau – en plus ça va vite, est simple à réaliser et répond à des nouveaux attentes: c’est vegan.) Il ne voulait jamais monter et me parler.

Une fois un cuisinier est venu en haut chez nous dans la station fermée. Il était très sympa, intéressé et comprenait le truc en deux secondes. Il était noir mais parlait parfaitement le Suisse-Allemand. Je pensais que peut-être lui aussi avait l’habitude de ne pas être pris pour 100% dans une Suisse qui est de plus en plus UDC… Je ne sais pas s’il a fait un sorte qu’on recevait feu vert, puisque après une bataille sanglante de plus de trois semaines j’avais finalement le droit de faire ce fameux mousse au chocolat.

L’ironie était que dans le chocolat utilisé par la maison dans lequel je me trouvais il y avait en effet du beurre clarifié dans le chocolat noir du «Bistrot»(pfft… encore une fois… c’est quoi comme chocolat?!) du coup ce n’était pas comme j’avais promis «vegan» et «sans lactose».

A la fin on en a fait deux versions, une avec le truc terrifiant de «Bistrot» et l’autre avec du Quailler noir (qui est vegan). Puisque c’est tellement vite… fin, pour en finir moi j’étais plus ou moins assise puisque j’ai du mal à rester debout trop longtemps et j’ai dit aux autres femmes  «folles» qu’est-ce qu’il fallait faire. Et elles l’ont toutes mangées! (Même ceux qui y étaient parce qu’elles avaient des troubles genre anorexiques.)

Je crois maintenant je suis prête à reprendre une grande cuisine en tant que cheffe comme je suis Moef et j’ai un Bocul d’or et tout. Sauf que je ne peux pas vraiment marcher. Peu importe. Je serais au bureau toute la journée. Comme un «vrai» chef.

Bon, de toute façon, j’ai réussi à faire une mousse au chocolat dans la station fermée de la psychiatrie. Je crois je n’en ai jamais fait une qui était aussi longue à faire et compliquée et je crois je n’étais jamais plus fière d’une préparation culinaire que j’ai fait dans ma vie.

 

 

Recette Mousse (E)Au Chocolat                                          

Ingrédients (pour 3 – 4 portions)

  • 200g Couverture Noir (Chocolat Noir, tu peux utiliser p.ex. Cailler Noir)

(La Couverture doit impérativement contenir du LECITHINE! Il ne faut pas s’inquiéter puisque la majorité du chocolat en grande surface contient de lécithine (normalement lécithine du soja ou tournesol).)

  • 200g d‘Eau
  • 1kg des Glaçons (ou un truc congélé comme des petit-pois ; c’est juste nécessaire pour rapidement refroidir la masse)

Matériel Nécessaire

  • Balance
  • Batteur / Mixeur
  • Poêle
  • Bol
  • Spatule

Préparation

  1. Chauffer l’eau (Max. 50 – 60°C) et le verser sur la couverture (hachée en morceaux). Bien mélanger jusqu’au moment où c’est homogène.
  2. Immédiatement mettre le bol sur les glaçons et fouetter ce mélange avec le batteur comme si tu voulais faire de la chantilly pendant environ 10 minutes.

 

Petite Astuce N°1 : Il faut faire un peu attention puisque ça gicle beaucoup au début et tu risques d’avoir des traces brunes partout dans ta cuisine. Du coup je propose de mettre les glaçons dans le lavabo et le bol là-dessus, ainsi (comme c’est un peu en bas du reste du plan de travail) ça restera un peu plus propre.

Petite Astuce N°2 : Ne te laisse pas décourager ! Quand tu fouettes ça dure énormément de temps jusqu’au moment où il se passe quelque chose et le mélange commence à épaissir. Mais ça marche. Je te le garantis. Il faut juste être patient. En fait c’est un peu comme un petit miracle à chaque coup !:-)

 

 

 

 

 

 

 

   Sende Artikel als PDF   

Les Grands Chefs, The Gods of Cake* and the Kings of Pastry** qui sont #lapourtoi

http://hyperboleandahalf.blogspot.ch/2010/10/god-of-cake.html
*The God of Cake C’est tellement moi!

Les excellents chocolatiers-pâtissiers c’est comme les gens dans une maison qui rende fou (je vous assure que c’est comme ça, j’ai l’expérience dans les deux…) : Ils se lèvent à quatre heure du matin, portent des vestes blanches bizarres et souvent un chapeau de papier sur la tête… Ce sont comme les sportifs ou artistes d’excellence, pour arriver à ce niveau-là il faut bien être un peu dingue.

 Je fais mes choses toujours «propre en ordre et aussi parfaitement que possible»

 

Maintenant mes os sont cassés partout. Ma colonne vertébrale, mon poigné gauche (heureusement je suis droitière!), mes deux pieds. Pas juste les os, aussi un peu de chichi autour. Ca ira encore, le problème c’est que mon cœur est brisé car je ne peux jamais travailler dans mon métier de passion comme chocolatière ou pâtissière. C’est vraiment peu pratique comme métier si on n’arrive pas bien à tenir débout.

J’ai fait le mieux que je pouvais. Toujours. Je ne suis pas «feignante» et je n’ai jamais appellé pour dire que j’étais «malade». Je suis allée travailler jusqu’au dernier jour… J’ai payé cher mon perfectionnisme et ma dépression. Je les ai payés de ma santé psychologique et physique. La dépression c’est une maladie qui peut être mortelle.

Le saviez-vous qu’en Suisse c’est la PREMIERE CAUSE DE MORTALITE des jeunes de 15 à 29 ans ?!

Faisons quelque chose cotre ce fait térrifiant! Il suffira peut-être d’un signe de notre part afin de léver le tabou autour des dépressions et du suicide.

Petit rappel à nous tous et toutes:

Il y a encore une chose plus importante qu’un prix:

LA VIE et L’AMOUR!

Qui n’a pas de prix. C’est offert.

J’ai trois petites nièces et un neveu et je veux juste que leur monde soit un peu mieux que la mienne. Qu’ils savent qu’ils puissent faire des erreurs, que je suis là pour eux, qu’il y aura toujours quelqu’un à parler. Qu’ils puissent VIVRE!

Alors, vous êtes #lapour moi.. eh toi?

Vous connaissez d’ailleurs «Les Colocs», un groupe Canadien dont le meneur du groupe André Fortin a malheureusement succombé lui-même à la depression? Ils jouent entre outre «Le Pouding à l’Arsenic» d’Asterix et Obelix. Allez les trouver en ligne: Les Colocs – Le Poudding à l’Arsenic  C’est juste parfait, hilarante, j’adore à fond! Que des beaux souvenirs!

La réaction sur ma «mission» (au Salon du Chocolat 2015 j’ai essayé de trouver des gens soutenant la cause #lapourtoi) n’était pas toujours la bienvenue ce qui est dommage mais compréhensible. Je n’arrivais pas encore à avoir assez des participant(e)s, mais je continue tout droite comme auparavent… Peut-être un jour j’arriverais à monter un petit vidéo – avec la musique des Colocs – évidemment. J’y arriverais un jour!;-)

En plus, à part d’avoir vu des anciens amis, j’ai fait connaissance des gens incroyables et très sympas autour du chocolat ce qui m’a beaucoup plu. Entre autre j’ai beaucoup aimé (à part de ses chocolats excellents et innovativs) la personnalité très sympathique de Franck Kestner, Meilleur Ouvrier de France en 2004 et Champion du Monde de Pâtisserie en Equipe en 2006 qui expliquait à mon amie et à moi tout sa gamme des chocolats en détail sans attitude, bien au contraire! Voilà une grande tête sans grande tête – exactement comment je les aime!:-)

Evidemment j’ai fait bien attention aux femmes et (si j’ai vu ça correctément) les seules femmes à la tête d’une entreprise au Salon du Chocolat: Hasnaâ Ferreira et son mari,, tous les deux extrêment ouverts et sympas qui ont ouvert une boutique des «Chocolats Grand Crus» à Bordeaux (ma ville préférée du monde entier!:-) et Alexia Santini de la «Confiserie Saint Sylvestre» de Haut-Corse…  Juste pour vous mettre un peu l’eau à la bouche:

20151105_194334

Je vais vous en dire plus que ça bientôt!:-) (Je sais je sais…je sais bien… je commence… demain)

 

Très cordialement,

Evil Lynn

 

——————————————————————————————————————————————————————-

**The Kings of Pastry – C’est un film super beau et intéressant sur le concours du Meilleur Ouvrier de France en Pâtisserie!

Si on parle déjà des films…

yumeiro patissiere
Ichigo and her beloved pastries…

Yumeiro Pâtissière – C’est une serie animée japonaise sur une fille dans laquelle je me vois tellement aussi. Elle aime surtout bien manger et a à la base pas forcément beaucoup de talent. Néanmoins il y a les trois hommes les plus beaux de toute l’école qui sont dans son groupe. C’était probablement ce qui m’a manqué à moi pour gagner le «Cake-Grand-Prix!»! 😉 Ils ont travaillé avec Sadaharu Aoki qui est un pâtissier français-japonais très connu et ça se voit car les gâteaux et entremets dessinés sont très bien présentés. En plus il y a des fois des petites léçons en pâtisserie à la fin. Moi j’ai adoré à fond! 🙂

Les Emotifs Anonymes – Je crois ça c’est genre le meilleur film qui existe. Il faut le regarder. Franchement. Il est beau, il est drôle, il y a du chocolat dedans… C’est le top du top. Je crois c’est même mon film préféré.

 

—————————————————————————————————————————————————————————-

Alors les voilà – les grand(e)s Chef(fe)s qui sont #lapourtoi !

http://www.tchocolat.com/Un grand MERCI à Louis Robledo Richards qui à part d’avoir gagné plusieurs prix tient les boutiques Tout Chocolat et est le directeur de la Chocolate Academy à Méxique – et en plus il est  #lapourtoi ! Merci de ma part pour un chef aussi sympa que doué!

 

jean-pierre wybauw lapourtoi

Merci beaucoup d’être #lapourtoi à Jean-Pierre Wybauw qui n’est pas un mais LE chocolatier de la Belgique par excellence! A part du fait qu’il est très sympathique j’adore également ses livres merveilleux et très instructifs sur le sujet du chocolat!

darcis-lapourtoi

Un très chaleureux MERCI d’être #lapourtoi à Jean-Philippe Darcis maître chocolatier belge et créateur du bonheur qui est #lapourtoi au Salon du Chocolat à Paris!

Connait-il aussi le film «Les Emotifs Anonymes»?

 IMG-20150912-WA0041

Merci beaucoup à mes amis Belges Jeroen et Justine de la belle Belgique d’être #lapourtoi! Vous êtes les meilleurs!

laCHEFFE QUOI

#lapourtoi! (Tu trouves l’histoire de la photo ici)

Sometimes if you can’t make it…

JUST FAKE IT! 🙂

a

   Sende Artikel als PDF   

#lapourtoi – Même à la Reha on est #lapourtoi

IMG-20151013-WA0014

Même le grandpère de Heidi est #lapourtoi!

IMG-20151013-WA0015

Claudia et la police (tel: 177!) sont TOUJOURS et PARTOUT #lapourtoi!!

IMG-20151013-WA0013

Petra aussi est #lapourtoi !!

 

IMG-20151013-WA0008

Même la belle Feya est #lapourtoi !

 

IMG-20151013-WA0006

Même Hans de St. Gall est #lapourtoi!

 

 

brigi

Et Brigitte aussi en dehors de la Reha est #lapourtoi !

 

 

 

beaundjack

Jack et Bea – partout et toujours #lapourtoi!

 

moitoujours

Et moi, évidemment TOUJOURS #lapourtoi!

   Sende Artikel als PDF