Le poulet de paix

la paloma
Le fameux «Poulet de Paix»… de la série «Wurstkunst» de Karsten Wegener (d’ailleurs un projet qui me fait rire et me perturbe en même temps…)

Pendant mon année à Bordeaux j’ai été confronté à bien plus des différences culturelles et sociologiques que j’avais jamais imaginé auparavent. La France – je me disais – c’est juste à côté. En Suisse il y a la Romandie où on parle le français aussi. Combien des différences peut-il bien avoir entre nous et eux? Qu’est-ce que j’étais mignonne et naïve!

J’étais une des premières étudiantes Erasmus dans le nouvel programme du système «Bologna» qui voulait faire en sorte que les titres universitaires obtenues seront valable dans tous les pays d’Europe, si possible même partout dans le monde.

Sauf que ce qui s’étudie en histoire en France et en Suisse n’a RIEN à voir l’un avec l’autre. Franchement…

En Suisse, fin à Zurich, en Histoire il y a TROIS grandes parties: Histoire de l’Antiquité, Histoire du Moyen Age, Histoire Moderne.

Sauf que quand on part en France c’est tout différent… Notamment: Histoire de l’Antiquité, Histoire du Moyen Âge, Histoire Moderne AVANT LA REVOLUTION et Histoire Moderne APRES LA REVOLUTION.

Ils ont donc un système complètement à l’envers de tout ce qui se passe ailleurs en Europe. Néanmoins quand j’ai demandé de quelle révolution ils parlaient je m’aurais presque fait guillitonner et retiré mon droit d’étudier. En tant qu’étudiante d’un autre pays. Ehm… merci, les gars pour votre aide et surtout votre sensibilité vis-à-vis les étrangers.

BIEN SUR la révolution française j’en ai déjà entendu parler, sauf qu’il y en a aussi plusieurs.. non ?, et je l’ai étudié un peu et tout. BIEN SUR que c’est important pour la Suisse aussi. En général la France est importante pour la Suisse, entre outre à cause de Napoléon et plein d’autres choses et aussi on partage la même langue.

Ces chiffres qui font chier…

Autre difficulté culturelle: Les chiffres. MAIS POURQUOI VOUS NE DITES PAS NONONDE comme des gens qui ont un sens et dites QUATRE-VINGT-DIX à la place?! Vous vous imaginez comme étudiante Suisse Allemande en France? Vous êtes là, assis dans un banque, entourée par pas mal d’autres étudiantes… Vous écoutez le prof qui parle. Vite. Vous essayez de noter tout car vous ne comprenez que dalle et votre stratégie est de noter tout et n’importe quoi. Vous pouvez lire ces notes plus tard. Il n’y a pas de souci. Il faut juste écrire et se depecher!

Alors… le prof parle hyper vite, vous êtes là comme aux jeux olympiques pour les secrétaires et vous écrivez et vous écrivez encore plus…

Plus tard vous ne comprenez plus rien de ce que vous avez écrit. Par exemple on trouve des phrases comme «C’est une image avec le poulet qui apporte la paix!» et comme c’est bien long à écrire vous le raccourciez ceci par la suite par «Poulet de Paix».

Vous devez alors aller regarder sur internet parce que ça ne fait aucun sens…

 Sur un autre bout de papier vous avez écrit des notes du genre : «Il avait 4 20 10 gauloises dans le village.» MAIS P…urée ?! DECIDEZ-VOUS! Alors c’étaient 4 ou 20 ou 10? Je sais qu’on n’est jamais sûre, on doit interpréter les sources, mais comme ça on ne comprend rien là. Evidemment je sais que c’est de ma faute car ils parlent un autre Français à Bordeaux, qu’à Paris, qu’à Genève, qu’à Fribourg, qu’à Québec, que chez les Ch’tis.

…et encore ces (s)expressions!

En plus j’étais dans le cacao parce que j’étais là pour étudier et les étudiants français sont toujours en train de boire et faire la fête. Je ne les comprends déjà très peu parce qu’ils parlent si vite et utilisent des phrases que je n’avais pas étudié à l’école avant, même pas à l’université comme «moeuf» et «t’as un belle paire des moelles» (Qu’est-ce que tu dis sur le Père Noël? Ce n’est qu’octobre! Je ne comprends pas… !) Bref. Longues histoires. Modernes. Après la Révolution.

J’ai appris très vite une phrase superbe: «Laisse tomber». Mais au premier abord dans le bar ou je travaillais afin de financer un peu mes études, ce n’était pas ce que le patron voulait que je fasse avec le tableau. Ben, à la base il était pâtissier. Mais pas un bon. Du coup il a ouvert un bar australienne. Et ils m’avaient employé car j’avais travaillé chez Hooters et ils croyaient que j’étais drôle. Bref ils m’ont employé car ils croyaient que j’étais Miss Sexy. Ce que je n’étais pas.

Je prends mon travail très au sérieux. Même dans un bar d’étudiant à Bordeaux, même si j’y vais pour nettoyer les toilettes. Alors c’est ma fierté qu’ils soient aussi propres que jamais auparavant! Est-ce qu’il y a quelqu’un qui s’était rendu compte à part de moi? Je ne crois pas… Ils ont souvent vomi une décoration peu jolie sur mon plus bel oeuvre et je n’aime pas quand quelqu’un touche à mon Art.

picasso taube
La Colombe Bleue de Picasso

En plus en France il semble que tout le monde étudie. En Suisse ce n’est que les 10 ou 20 pour cents qui sont les «meilleurs» à l’école et encore… Il y a de plus en plus le trend de faire l’université et je le trouve pas bon parce que regardez-moi. Je suis très intelligente, mais j’aurais préféré faire un apprentissage après tout où je suis bien que de faire des études de tout et n’importe quoi.

C’est rare de trouver une annonce dans le journal «Cherchons Philosophe diplômée! Entré de suite. Très bien payé!»

Ce que je voulais dire par «poulet de paix» était la fameuse image de la colombe de Picasso d’ailleurs… Merci internet!


 

   Sende Artikel als PDF